La douleur peut fortement diminuer notre qualité de vie

N’importe quelle douleur peut avoir des conséquences négatives sur la qualité de vie. Il y a si bien des conséquences physiques, que des conséquences psychologiques.

En général la douleur nous empêche de faire ce qu’on veut et a parfois un impact considérable sur le moral.

Une douleur, même faible, qui n’est pas aigué et de courte durée, mais qui perdure pendant des périodes plus longues, est difficile à vivre avec. C’est la raison pour laquelle on ne doit pas laisser la douleur s’installer. Quand la douleur persiste plus longtemps, elle peut devenir chronique et devenir réellement une maladie.

Le parcours de l'information douloureuse

Dans le corps on retrouve à différents endroits pleins de récepteurs à la douleur. Après activation, ces récepteurs transmettent un message au cerveau via les nerfs. Ceci peut déjà provoquer des réflexes inconscients de protection, comme lorsque l’on retire brusquement sa main d’un objet brûlant. Ce message peut aussi être modulé, dans le sens d’une diminution ou d’une augmentation de la sensation douloureuse.Ce n’est qu’en arrivant au cerveau que ce message est décodé : s’agit-il, par exemple d’une brûlure ou d’une piqûre ? De quel endroit du corps provient la douleur que nous ressentons ? etc.

Le corps est bien équipé pour ressentir la douleur et la combattre

Quand la douleur s’évanouit rapidement d’elle-même, nous pouvons en déduire que notre corps gère efficacement la situation (exemple, douleur brève après une chute). Dans ce cas, la douleur est plutôt un ami qui signale qu’il se passe quelque chose d’anormal, qui est ou qui pourrait être dangereux.

Si la douleur persiste cela signifie que le système intérieur de contrôle est dépassé par les événements. Là la douleur devient une ennemie. Il n’existe aucune raison de souffrir, et de nombreux médicaments existent pour atténuer ou supprimer la douleur.

N’hésitez jamais à consulter un médecin pour une douleur aiguë ou qui se prolonge dans le temps. Parfois l’apparition de la douleur signale une véritable urgence, d’autres fois une douleur qui s’aggrave progressivement peut refléter une maladie en évolution, qui doit être diagnostiquée et prise en charge.

Douleur aiguë - douleur chronique 

La douleur aiguë joue donc un rôle d’alarme qui va permettre à l’organisme de réagir et de se protéger face à un stimulus mécanique, chimique ou thermique.

Quand la douleur devient chronique ce mécanisme d’alarme n’est plus justifié : la douleur devient dans ce cas une maladie à part entière.

Différentes formes de douleurs peuvent en être distinguées selon les mécanismes physiologiques en jeu :

  • les douleurs inflammatoires, qui recouvrent toutes les douleurs associées aux phénomènes d’inflammation

  • les douleurs neuropathiques, associées à des atteintes du système nerveux central et périphérique

  • les douleurs mixtes, qui associent une composante inflammatoire et une composante neuropathique, comme dans les lombo-sciatiques ou après une chirurgie.